gouttières

Je n’ai pas de photos de mes gouttières, – notre appareil photo a rendu l’âme, il n’a pas digéré le sable du désert, malgré les soins attentifs qu’il a reçu au Vietnam- aussi j’ai reculé le moment d’en parler.

D’ailleurs c’était plus pour moi un souci qu’un sujet de post : après avoir terminé l’enveloppe de Celit des murs extérieurs, j’ai fait poser au bout des toles du toit une gouttière qui ramasse toutes les eaux de pluie qui tombent sur les 80 m² de ma maison dans un seul conduit pour alimenter les citernes.

Après une petite prospection des possibilités entre le zinc et le plastique, j’ai finalement trouvé un produit qui me convient : la gouttière est constituée d’une feuille d’aluminium de 1 mm d’épaisseur, pliée à mes mesures et posée en une journée par

Alustar-GTA

Edingsesteenweg 63

1730 Asse

alustar.gta@telenet.be


Efficace, dès la fin de la semaine, la première cuve de 4000 l était presque remplie.

Mais c’est alors qu’a commencé à se poser un problème épineux. La gouttière ne recueillait pas toute l’eau. Un phénomène connu sous le nom de capillarité[*], et qu’on évite  habituellement à l’aide d’un profil appelé ‘goutte d’eau’, a commencé à se produire : une partie de l’eau qui écoule le long des toles a tendance à y rester accrochée, et à remonter par-dessous, à l’envers. Et quand elle tombe enfin, faute de pouvoir rester in eternum accrochée à sa tole, cette eau s’écoule derrière  le bord de la gouttière et commence à humidifier d’abord le pare pluie, puis si je la laisse faire, la ouate de laine de verre qui se trouve derrière.

Pas bon pour l’isolation, tout ça.

Mais pourquoi donc se phénomène se produit-il et comment y mettre fin ?

Si je me réfère au plan de masse,


la gouttière devrait se trouver juste à ras de la tole de couverture.



Malheureusement ça ne marche pas, parce que la gouttière n’est pas accrochée à cette tole, comme ça se serait produit si j’avais posé un seul profil en zinc d’un bout à l’autre de la toiture.

Avec la configuration que j’ai donnée à ma toiture, il aurait fallu que les toles débordent jusqu’au-delà du milieu de la gouttière – entrainant le risque de provoquer, surtout par fortes pluies, des débordements par dessus le bord extérieur d’un gouttière assez étroite (10 cm de large sur 15 cm de profondeur).

Le remède sera finalement asse simple

J’ai commandé chez Galva service (où j’ai trouvé ma toiture) une longueur de toles de la forme ci-dessous


appelées ‘closoir’, justement parce qu’elles servent à ‘clore’ le bord de la tole là où elle rejoint le mur à la verticale.

J’ai alors soulevé le bord des toles au dessus de la gouttière, j’ai passé les closoirs en les faisant chevaucher légèrement et j’ai étanchéifié le tout par un cordon de mastic entre les deux toles.

Puis j’ai croisé les doigts et j’ai attendu qu’il pleuve de nouveau.

Youppie, ça marche ! les traces d’infiltration ont disparu, et le seconde citerne d’eau de pluie est pleine.

Faut dire qu’il a pas mal plu ce mois d’aout-septembre à Revleumont, pour que je récolte 8000 l d’eau en si peu de temps.


[*] L’eau possède une forte cohésion entre ses molécules : elle adhère a la paroi, puis ses molécules sont attirées sur la partie de la surface de la paroi immédiatement au-delà, et par répétition de ce phénomène l’eau remonte ainsi le long de la paroi.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Capillarité

Leave a Reply