Encore une histoire d’eau

Comme chacun peut le savoir, j’en suis à tirer des cables et placer tout ce qui doit passer définitivement dans les murs et le sol.

En plus de l’électricité, il y a le réseau d’eau qui doit trouver sa place définitive dès maintenant.

J’ai donc passé une journée avec André pour commencer à tout mettre en place.

Dès l’aube nous commençons par les plans :

(non, c’est pas la bonne photo: j’ai laissé les plans à Cerfontaine, je corrigerai samedi prochain, ça obligera les curieux à revenir pour voir 😉

Le réseau comprend trois circuits bien distincts : l’eau potable, l’eau chaude et l’eau de pluie.

Le premier alimente les lavabos (là où on risque de boire ou de se laver les dents) et l’évier de la cuisine.

L’eau chaude sera distribuée depuis le ballon d’eau chaude Rotex au milieu de l’espace technique, jusqu’à la douche, et à la cuisine : lave linge, lave vaisselle et évier.

L’eau de pluie enfin, doit être distribuée dans les deux toilettes (rez de chaussée et rez de jardin) au lave linge pour l’eau froide, vers l’extérieur et pour alimenter le ballon d’eau chaude.

Chaque réseau est commandé part une « clarinette » et chaque conduite est poursuivie indépendamment jusqu’au point de distribution. La seule exception que je fais est d’alimenter sur le même circuit le laver vaisselle a partir de l’évier de la cuisine.

C’est l’occasion pour moi de prendre contact avec l’alpex. J’ai déjà travaillé le cuivre, l’acier, le galvanisé. Je me suis initié au socarex. Mais je n’avais pas encore eu d’alpex entre les mains.

Mis à part le cout des raccords c’est quand même enfantin, si j’ose dire. Eau froide, eau chaude… les couleurs standard pourraient bien aider, mais il manque quelque chose pour signaler l’eau de pluie ( ? un appel aux fabricants ?)

Nous prenons pour convention  : eau de pluie bleue, eau potable rouge, eau chaude dans son emballage isolant rouge.

En quelques heures, tout est en place. Enfin quasi : il me reste à faire les saignées pour le, circuit de la douche, et il faudra attendre la chape pour poser le groupe hydrophore qui puisera dans les citernes.

Le Rotex attendra lui aussi que la chape arrive, je ne peux quand même pas le poser directement sur le PUR !

Et la journée n’était pas finie, puisque nous avons aussi fait les plans pour la pose des capteurs solaires, qui interviendra en même temps que le branchement du Rotex. Bravo André.

Leave a Reply