Passive, vraiment ?

Comme me le faisait gentiment remarquer vanma dans son message sur le post Isolation sol en polyuréthane: alternative aux plaques recticel pour le sol? sur Bricozone, il ne suffit pas d’isoler comme un fou pour parvenir au classement passif de ma construction.

Le K15 n’a rien à voir avec les 15 kw/m²/an… ?

Je n’irai pas jusque là, puisque c’est justement autour d’un K15 qu’on arrive à une maison qui consomme environ 15 kw/m²/an – il faudra que je me penche un jour sur le pourquoi du calcul qui aboutit à cette « coïncidence » – (un élément de réponse ici #40. merci Marcg)

Mais j’ajouterai aussi qu’une fois l’isolation convenable atteinte, la maison passive doit encore correspondre à un autre critère, c’est l’étanchéité à l’air. Donc tout est finalement dans le résultat du Blower Door Test, qui va mesurer la capacité de la construction à tirer bénéfice de la VMC2F (ventilation mécanique contrôlée à double flux).

Blower Door Test et VMC2F, je reviendrai dessus un peu plus tard.

Pour le moment je m’interroge encore sur la réalisation de l’isolation extérieure des murs, la nécessité de parvenir à des coefficients U inférieurs à 0,1 pour les parois, et à 0,7 pour les portes et fenêtres.

En effet, pour parvenir à ces chiffres, je dois arriver à 40 cm d’équivalent laine minérale dans les murs sous le bardage, un peu moins dans les murs en contact avec le sol et sur la dalle, et finalement un peu plus sous le toit puisque c’est la paroi qui cause directement le plus de déperditions. Logique, la chaleur a tendance à monter, n’est-ce pas ?

Et pour poser une telle épaisseur de laine minérale, il faut que je monte contre la paroi maçonnée en béton cellulaire une armature pour contenir l’isolant. Finalement, je vais construire une ossature bois tout autour de mes murs. Et là, je freine des quatre fers, je n’arrive pas à trouver la solution simple et économique pour réaliser ça. J’ai bien une petite information sur la technique autrichienne, et bien qu’elle soit prévue pour les isolations en paille, je la trouve applicable à mon cas.

D’ailleurs je ne serais pas le seul à adapter la technique, d’après ce que j’ai déjà trouvé comme réalisation.

798173111_small

Bon, là, c’est une isolation en paille, et ça je redoute réellement, pas pour la qualité du matériau ou le pouvoir isolant, mais à cause de la mise en œuvre d’une couche continue sans trous ni pont thermique.

Quoique…

La paille c’est encore une idée, non ?

2177475645_1
Je pour ais aussi monter une structure en poutrelles TJI, Ce serait plus coûteux (sensiblement, à 10 € le ml de poutre en 40 cm) mais demanderait moins de temps de montage et moins de technicité. Bon pas de plaisanterie. À raison d’un montant vertical tous les 60 cm (la largeur d’une plaque d’isolant en moyenne), sur le tour de la maison (10,8 m pour les murs nord et sud, 7,90 m pour les murs est et ouest, en ajoutant encore 10,8 pour le mur sud de rez de chaussée en terrasse) ça représente 80 poutres de +/- 3 m de long… ça représente un sacré budget. Je vais quand même tenter de trouver une solution plus économe. Et si je ne trouve pas, j’ai toujours ce plan B.

A suivre …/…

Leave a Reply