Niveau zéro (1)

Le temps clément, même parfois un peu chaud, nous a permis de continuer à bâtir sans interruption.

L’apport occasionnel de main d’œuvre bénévole autant que bienveillante nous a permis aussi de poser les linteaux et les poutres en U (à armer et remplir de béton).

C’est ainsi que mes fils, beau-fils et neveu ont bien participé à cette phase.

Il faut dire aussi qu’ils n’ont pas été les seuls. Pendant une semaine, le chantier a été une ruche bourdonnante d’ouvriers dont l’âge s’étage de 20 mois à 63  ans.

montage2

Ce n’est peut être pas conventionnel, amis ça fait tellement plaisir à tout le monde.

Cette maison est devenue au fil des mois celles de toute la famille, je me demande parfois si nos enfants ne sont pas plus acharnés à la voir finie que moi-même !

Monter les derniers blocs de BC en C5/30 cm frisait l’épreuve de force. Trente et quelques kilos à élever à la hauteur de 3 mètres (douzième rang), ça n’aurait pas été possible sans un minimum d’échafaudage. Donc tout a servi à ce rehaussement. En premier lieu les palettes de BC pas encore utilisées. Puis des colonnes de blocs splénétiques de C5, qui supportent facilement le poids d’une ou deux personnes. Ces élévations reliées entre elles par des bastaings de 8/23 de 3,6 m.

img_05451

J’ai aussi l’occasion d’emprunter à un voisin et néanmoins ami, un échafaudage LAYHER (L’échafaudage Universel Galvanisé Layher est constitué par un système complet d’éléments modulaires, assemblés entre eux par clavetage), qui vient à point pour compléter mon équipement du moment.

img_0563

Enfin, nous terminons le couronnement du niveau « sous-sol » (que je préfère nommer rez-de-jardin). Il est temps de commander les hourdis béton qui vont constituer le plancher du niveau 0.

img_0590

Sitôt dit sitôt fait, commande passée, il ne reste plus qu’à recevoir le matériel et à le faire placer.

Leave a Reply