Les secrets d’une maison passive

In Ciné télé revue du 2/08/2012, Lifestyle page 101

Par Antonella Soro
Photo Quentin Goulard
Michel Choppin

asoro@cinetelerevue.be

 

Cette résidence secondaire, sise à Cerfontaine, repose sur un terrain en pente où été placé un puits canadien qui sert à la ventilation. En contrebas, trois bassins de lagunage contribuent à l’épuration des eaux usées.

Passer l’été à deux pas des lacs de l’Eau d’Heure et au milieu des bois, c’est l’option préférée d’un couple de retraités bruxellois. Dans une maison qu’ils ont bâtie de leurs mains.

Surface 132 m² sur un terrain de 38 ares
Budget : 130.0000 euros TVAC
durée de la construction : 1 ans et demi de travail a raison de 3 jours par semaine
Architecte : Quentin Goulard, www.qga.be

Dire qu’à l’achat, le terrain ressemblait à la foret vierge ! Et qu’avant ce chantier, les Choppin n’avaient jamais monté un mur. Après avoir débroussaillé eux-mêmes à la tronçonneuse, ils se sont lancés dans le gros œuvre à l’antique mode des égyptiens : en roulant les linteaux sur des blocs, des Ytong hyper-légers. Un jeu de Lego auquel a participé toute la famille.

Une maison passive comme celle-ci se caractérise par une isolation impeccable. Ce qui a impliqué d’englober la construction dans une structure faite de caissons de bois, dans laquelle de la ouate de verre a été insufflée, et des chassis au triple vitrage se sont encastrés (dont la grande baie centrale de 200 kg). La construction est ainsi insensible aux ponts thermiques. Du sol au toit, Michel et son épouse ont colmaté avec du scotch chaque point qui aurait pu laisser passer l’air, pour assurer l’étanchéité, autre caractéristique de la maison passive, dont la ventilation est totalement centralisée.

Phase la plus parfumée, la pose des planches de mélèze des Alpes de 4,50 m de long n’a pas été simple en hauteur. Mais l’effort en valait la peine : ce bardage ne réclame aucun entretien et conserve sa beauté en harmonie avec la végétation environnante.

Exposée plein sud, l’habitation, spacieuse et très agréable à vivre, requiert l’équivalent de la puissance d’un demi sèche-cheveux pour être chauffée ! Les panneaux solaires thermiques posés sur la toiture assurent la consommation d’eau chaude sanitaire dix mois sur douze et un poêle à bois d’appoint sert à 90 % pour la production d’eau chaude en cas de manque de soleil.

One Response to “Les secrets d’une maison passive”

  1. Jacqueline dit :

    Quelle merveille!!! BRAVO pour tout votre travail, le résultat est extraordinaire!! J’en profite pour vous souhaiter une très très bonne année 2013. Toute mon affection!!!!

Leave a Reply