pourquoi j’ai changé mon fusil d’épaule

J’ai déjà abordé succinctement le sujet dans le post marbella . Au risque de me repeter, je reprends la réflexion où je l’ai laissée.

J’ai commencé ma construction sans trop savoir vers quoi je me dirigeais. Les premiers plans prévoyaient un poele à bois, plus pour la beauté de la chose que par nécessité intrinsèque.

Et puis une maison en pleine foret et pas de foyer pour bruler du bois, ça fait drole.

Mais la réflexion a tourné court quand j’ai commencé à prospecter les vendeurs de poele pour maison passive. Non seulement je ne trouvais pas de prix abordable, mais même en acceptant d’y consacrer une fortune, je ne trouvais aucun modèle convenant à l’utilisation que je voulais en faire.

Les besoins d’apport de chaleur seront extrêmement limités, les calculs disent 1500 Wh/jour pendant les périodes de froid. Ce que j’ai traduit par l’image du fer à repasser utilisé pendant une heure. Les plus petits poeles à bois hermétiques sont dimensionnés autour de 4 kW, soit une durée d’allumage de 20 minutes en conditions idéales.

J’en ai donc déduit que l’investissement était à la limite du raisonnable et même au-delà. Bien sur, dans le bilan énergétique (Energie primaire) l’utilisation d’une résistance électrique est pénalisée, puisqu’affectée d’un coefficient multiplicateur de 2.8. Mes 1500 Wh/j se transforment tout se suite en 4 kWh, mais tout ça reste encore en dessous des normes du PHI.

J’en étais donc là quand j’ai commencé à utiliser le rotex ®. Et je me suis rendu compte assez vite que la quantité de soleil que je recevrai dans les périodes les plus défavorables est ridiculement faible. Pas de soleil, pas d’eau chaude. Pas d’eau chaude, confort et habitabilité réduite. D’autant que comme je compte utiliser l’alimentation eau chaude pour le lave vaisselle et le lave linge, la consommation totale d’électricité risque de s’en ressentir, même si ce n’est pas pris en compte dans les standards PHI. Et de plus, le système « minimaliste » dont je me suis équipé diminue le confort « hygiène ». Se raser à l’eau froide, passe encore, mais se doucher à 20 °, c’est pas top.

Donc l’intérêt serait de découvrir un système qui permettrait de garder une alimentation en eau chaude quand la ressource de base fait défaut, c’est-à-dire quand le soleil devient aussi minimaliste que mes prévisions.

J’ai donc surfé (merci Hoehel !)  😀 pour trouver des « poêles bouilleurs »

Un poêle bouilleur est un appareil de chauffage qui consacre un partie de sa puissance à chauffer de l’eau dont l’énergie sera utilisée d’une autre façon qu’en rayonnement calorifique.

J’en ai trouvé, particulièrement des rocket stoves. Mais ça ne faisait pâs mon bonheur, puisqu’il s’agit d’un système de chauffage plus proche du poele de masse (accumulateur de chaleur) que d’un réchauffeur d’eau. ?

Finalement je suis tombé sur le site d’une fabrique tchèque dont l’avantage est que – d’après les descriptions techniques – le principal de la chaleur (90%) et attribué au chauffage de l’eau et dont la puissance totale est suffisamment faible pour convenir à mes besoins.

Pas d’expériences, pas de retour, je plonge dans l’inconnu… en limitant la casse, parce que ce poele est extrêmement bon marché par rapport à tout ce que j’ai vu ailleurs.

L’engin a été livré à mon installateur Focaloréco qui viendra le placer la semaine prochaine.

Impeccable, si j’ai encore une période de mauvais temps avant l’été, je pourrai faire le test.

Il reste encore une objection, soulevée par Geneviève, dont l’expérience dans le domaine de l’ECS par panneau thermique n’est plus à faire (son installation, qui vient de rendre l’âme, a dépassé les 25 ans de service).

L’objection est que dans les climats rudes (l’aveyron a un climat rude), il arrive que la température moyenne ne nécessite pas de chauffage, mais que le soleil ne suffise pas à fournir de l’eau chaude…

Et me voilà ramené au problème précédent : je me verrai contraint de mettre en route mon réchauffeur électrique instantané pour la douche, et de me passer d’eau chaude pour le reste. Mais la situation sera – je l’espère – ultra rare !

A suivre donc…/…

 

3 Responses to “pourquoi j’ai changé mon fusil d’épaule”

  1. Bonjour,

    Je serai heureux d’avoir un retour d’expérience quand à votre poêle avec bouilleur; marque, puissance etc..

    J’avoue hésiter entre la fabrication d’un roket avec bouilleur et l’achat d’un poêle avec bouilleur (moins encombrant).

    Cordialement

    Christian

  2. Martin Mahaux dit :

    Bonjour,

    Je suis aussi tombé sur le site ofeseite.com, et les marbella et compagnie. Cela a l’air vraiment sympa, et en effet enfin raisonnable niveau prix. Question donc: est-ce que ça marche ??? 😉

    Bien à vous,

    Martin.

  3. Michel dit :

    Mais oui, ça marche!
    dans mon installation, le poele bouilleur est associé à un Rotex (système de ballon tampon de 500 l , normalement chauffé par les panneaux solaires thermiques. le poele vient donc en appoint, je l’allume quand je n’ai pas eu de production d’eau chaude. en une heure de temps, le dessus du ballon remonte de 40 à 80 °, j’ai assez d’eau pour ma consommation du jour.
    le poele ne chauffe que très peu autour de lui, ce qui est appréciable dans une maison passive.
    l’installation assez simple (juste deux tubes et un circulateur) a été faite par mon plombier en une demi journée.

Leave a Reply