Archive for the ‘finitions’ Category

aménagements intérieurs.

dimanche, mai 27th, 2012

Bien conscient que beaucoup de mes fidèles lecteurs ont pu être lassé de ne pas avoir de nouvelles, et s’être déshabitués de suivre les aventures de ma maison passive de vacances en Ardennes, je sens le devoir qui m’appelle à raconter l’histoire d’une transformation intérieure.

Il y avait au départ un désir totalement informe et irréaliste de conserver un espace polyvalent dénué de structure, dont le volume pourrait à mon gré selon les nécessités se moduler en un, deux trois ou quatre locaux contigus.  Puis est apparu la nécessite de limiter l’usage du niveau inférieur de la construction au sommeil, en bannissant les autres activités dans d’autres régions de l’espace global.

Le manque d’espaces de rangement m’a appelé à concevoir une série de placard, qui en plus de leur office de rangement, pouvaient être utilisés à partitionner les volumes ainsi dégagés.

Premier partitionnement, le couloir qui longe la salle d’eau et l’espace technique. Au bas de l’escalier, en direction dominante est ouest, une immense armoire d’archives de bureau est recyclée en garde robe, garde manger, garde outils… A la perpendiculaire de ce meuble, et au milieu environ de l’espace total, entre les deux fenêtres donnant sur la terrasse, un  placard prend place du nord au sud, 60 cm de profondeur, 3,50 de long, dont le sommet abrite en les camouflant les tubes de tole galvanisée de la VMC, conduisant l’air renouvelés de l’espace technique vers les pièces de vie : deux bouches d’insufflation au sous sol, une de chaque coté de l’armoire, et une seule bouche au rez de chaussée, dans la pièce à vivre.

Pour finir, deux grandes chambres occupent cet espace sommeil, l’une a l’est , l’autre, plus grande à l’ouest. Au sol un parquet de chene d’origine très locale (les bois de Forges près de Chimay) huilés avec de l’Osmo un produit suédois dit « bio » en tous cas exempt de COV nocifs.

Et les photos ? les photos ! les photos !
Ben j’en ai pas encore, parce que la maison est dans un tel état… après un weekend de Pentecôte passé à 16-15 personnes dans notre petit deux pièces. Mais je vous jure que ça va venir !

Et voilà, c’est venu!

Cloisons

lundi, février 20th, 2012

Encore un grand pas a été franchi. Nous avons réussi à déterminer le bon aménagement de l’espace sommeil, et j’ai monté les cloisons qui le séparent en trois :
Au bas de l’escalier la grande armoire de bureau que nous avons trouvé chez Troc, crée notre « cuarto matrimonial » en étant intégrée dans la cloison qui le sépare du reste. Contre la paroi nord sud est installé une grande garde-robe (une armoire à vêtements, si vous préférez).

J’ai ainsi créé un couloir qui longe la salle de bain, donnant accès à l’espace de rangement et conduisant à la chambre ouest. Les grands placards sont bien nécessaires dans une maison qui n’a ni cave ni grenier. Ni même (encore) de garage ou de cabane de jardin.. excepté la carcasse de la caravane qui occupe encore le centre du terrain.

Donc le reste du sous-sol est constitué par une « grande chambre » de 5,50m/5.50m. J’y installerai un dortoir pour les enfants, et entretemps, la pièce servira aussi de bureau ou d’atelier. Et le long de la paroi nord sud qui sépare les deux chambres, j’ai construit un placard que je fermerai avec les portes de la grande garde-robe de chêne que je ne savais où placer. Le fond et les cotés n’avaient pas grand intérêt, mais les deux immenses portes cirées depuis de nombreuses générations seront du plus bel effet sur un mur blanc.

Il ne me reste plus qu’à poser les portes ;o) travail de précision, je ne compte pas m’en sortir de sitôt, parce qu’entre temps, il a fallu intervenir sur les capteurs thermiques. Pour une raison encore mystérieuse, un joint serti a lâché lors du grand gel 15 degrés sous zéro durant la première quinzaine de février) et il a fallu le remplacer ce week-end.
Et comme en plus de ça, la distribution d’eau sur le domaine est interrompue, pour cause de fuites générales dans de nombreux compteurs, il y a des risques de surchauffe dans mon poêle, que je surveille come le lait sur le feu. En effet, l’appoint d’eau froide en cas de dépassement de la température d’eau est connecté au réseau de distribution, sensé être plus stable que l’approvisionnement en eau de pluie ! je pense que je me suis trompé dans la confiance que je peux faire à l’INASEP (le distributeur d’eau ici en Wallonie)

Bien, cette fois-ci je me passerai de photos, mais je me rattraperai quand les vacances de mi-trimestre seront terminées. Pour l’instant, les journées sont assez bien occupées par la présence de mes trois petites filles bruxelloises. Semaine rose !

attente (n+1)

vendredi, janvier 6th, 2012

Voilà, le dossier (de demande de prime à la Région Wallonne) est bouclé.
Il a été posté le dernier jour valable de 2011, j’ai donc reçu hier un accusé de réception m’informant qu’il est à l’étude.
il ne me reste plus qu’à prendre patience en attendant la décision finale.
Sur ce plan là, c’est donc la calme. Plat.
En attendant, mon poele me chauffe et reconstitue l’accumulation de chaleur qui fait l’inertie de la dalle entre le rez de chaussée et le rez de jardin, qui constitue la clé de la conservation de la chaleur par temps nuageux sans soleil, en mon absence. Et on dirait que ça marche
la semaine dernière, en quatre jours d’absence, je n’ai perdu que deux degrés de température moyenne dans la maison, de 21 à 19 °, en ayant laissé la VMC fonctionner normalement (en principe, je devrais la mettre en position « absent » quand je pars pour plusieurs jours, mais j’avais oublié!)

Par contre il me reste pas mal de travail pour terminer l’aménagement intérieur de ma nouvelle demeure.
Le premier étant la division de rez de jardin en pièces par des cloisons légères.
En effet, je sens bien que le rendement de la VMC à ce niveau laisse a désirer. Les deux bouches d’insufflation d’air neuf ne sont pas placées pour un espace unique, et l’absence de cloisons empêche l’air de traverser toute la pièce, il se dirige selon la voie la plus directe, tout droit le long du plafond vers la bouche d’aspiration dans la salle de bain.
Mais comme j’ai déjà placé des placards pour diviser l’espace, et que je ne voudrais pas les démonter, je suis à la recherche d’un montage de cloison qui ne demanderais pas à être accessible des deux cotés. j’avais pensé à un profil sandwich, placoplatre, laine de roche, placoplatre, à fixer sur une latte de bois ou un rail metalstud, mais la Belgique semble réticente à ce produit, distribué en France. Sans compter le prix de base, si je dois encore ajouter un transport international, j’ai peur que ça chiffre.
Je tente donc de me retourner vers une autre solution plus ou moins équivalente, le carreau de platre. Plus lourd, il a l’avantage de demander moins de lattes de montage. Mais il n’est pas non plus distribué en Belgique!
je tourne donc me semble-t-il autour de la quadrature du cercle (ou de l’hexagone, au choix)
Enfin, on a a vu d’autres!

Couronnement

mercredi, septembre 21st, 2011

J’ai – enfin – installé les toles de rive en provenance directe de Bazeille où je suis allé en prendre livraison la semaine dernière.

Et une fois en place ça donnez ça

Et encore ça, au sud

Mais au nord, ça change pas grand-chose

Nord


(le poteau en ettente, c’est pour la marquise que je compte poser pour protéger la porte d’entrée. Vu l’expérience de l’hiver passé, je ne pense pas que ce soit un luxe)
Meme si c’est encore le chantier

Ça commence a devenir une vraie maison.
Le programme suivant : après avoir refait le tour de tous les trous éventuels dans l’enveloppe étanche à l’air, mise en route de la VMC et allumage du poele « pour voir ».
Le test d’infiltrométrie est prévu pour le 18/10. Croisez les doigts avec moi !

Les abords

mercredi, septembre 7th, 2011

Non, je n’ai pas terminé ma construction, mais j’ai poursuivi mes efforts de facilitation des accès. Si la terrasse sud a déjà un aspect presque définitif, il me restait le chantier de la porte au nord, la porte principale, qui m’obligeait à un « gymcana » entre les plaques de boue et les flaques, sauf à « sécuriser » l’endroit avec des palettes, reste du chantier.

J’ai donc la semaine dernière, placé trois socles de béton dans le sol pour pouvoir y appuyer le solivage que voici :

Sur ces poutres, je place ensuite des planches qui me restent de la terrasse sud, et le tour est joué :

J’ai enfin la possibilité d’arriver à pied sec jusqu’à la porte d’entrée. Extra. Et le poteau planté sur le bord est destiné à soutenir une marquise de polycarbonate pour protéger l’entrée des fortes pluies. Elle viendra en son temps, quand j’aurai imaginé comment la soutenir.
Maintenant je continue les ‘finitions’ puisque la semaine prochaine je vais prendre livraison des toles de rive pour cloturer le lien entre le toit et le bardage des murs, et à temps perdu, je continue à placer les bouches de la ventilation, avec l’espoir de la mettre en route dès que possible.
Le prochain objectif, c’est le test d’étanchéité. Ça représente pas mal de travail, puisque je vais devoir faire le tour de tous les murs extérieurs pour chasser les défauts dans la pose des cables, tubes et tuyaux qui traversent l’isolation extérieure.
Le planning est toujours complet.
Je ne résiste pas à l’envie de montrer encore la terrasse sud:

maintenant que j’ai « rogné » les planches de différentes longueurs.
Il manque encore la rambarde de la coursive

elle est commandée.

nouvelle récolte de carottes

lundi, mars 21st, 2011

Ce n’est pas la saison, me direz-vous, nous ne sommes qu’au début du printemps.

Aussi bien ces carottes là ne viennent pas de mon jardin mais de mes murs.

J’ai de nouveau sollicité mon terrassier pour venir faire des trous, mais pas avec sa pelle, plutôt avec sa carotteuse.

En effet pour établir mon réseau de distribution et d’extraction d’air a partir de la VMC, je dois traverser des murs, et même une fois la dalle (hourdis plus chape) du rez de chaussée. Une bouche d’expulsion au niveau du living, et deux dans l’espace sommeil. Pour l’extraction, une bouche dans la salle de bain, une dans la toilette du rez de chaussée et deux dans la cuisine (en effet, la hotte aerolock se connecte sur une aspiration de la VMC, tandis que le complément d’extraction de la cuisine se fait pas une bouche complémentaire.

Nous avons donc fait 5 trous dans les murs

Et un dans le sol du rez de chaussée

Vous me direz : les réservation, ça existe ! pourquoi ne pas avoir prévu tout ça avant, évitant ainsi les inconvénients d’un perçage des murs dans une maison déjà habitée ?

He bien tout simplement parce que la VMC a été choisie bien après le début de la construction, et le réseau n’a été fixé qu’il y a environ 6 semaines.

Et ça marche dans ce sens là aussi.

Une avancée importante

lundi, février 28th, 2011

Aujourd’hui 28/02/2011, nous avons emménagé dans notre maison pas encore passive.

Même si elle est encore en chantier, elle est habitable : plafonnages terminés, électricité connectée, eau (chaude et froide) dans la salle de bain, une douche et une toilette en fonction, de l’eau chaude – si le soleil le veut bien.

De plus nous avons pas mal cogité et cherché, et nous organiserons l’espace sommeil en deux parties, séparées par des armoires, dont une que nous avons trouvée chez troc à Evere, ramenée ce weekend sur la remorque et commencé à monter avec une moquette premier prix, pour nous permettre d’attendre encore quelques mois le placement du parquet prévu.

Pourtant ce weekend avait mal commencé.

La réserve d’eau chaude est redescendue à 30 ° pendant nos trois jours d’absence, il n’y a pas eu un rayon de soleil pour la chauffer.

Il y a une fuite à la chasse d’eau de la nouvelle toilette, une autre au robinet d’eau chaude de la douche, et j’ai eu beaucoup de mal à placer le lavabo : robinet difficile a raccorder, évacuation trop courte, de l’eau partout où je ne l’attendais pas.

Finalement le point le plus désespérant et générateur de déconvenue dans la construction, c’est sans nul doute le traitement de l’eau.

Procédons par ordre. La toilette dans la salle de bain a été placée mardi, en dernière opération avant le départ d’André, avec un peu de difficulté ; j’ai prévu une évacuation un poil trop haut, et il a fallu « chipoter » pour arriver à brancher la cuvette sur le chassis. D’où sans doute un problème dans le raccordement de la vidange de la chasse dans la cuvette.

Il n’y a qu’à démonter, remonter et faire bien attention à ce que les joints prennent la place qui leur revient.

Gagné, un seul démontage remontage, et tout reste sec !

vue de dessus

L’autre problème, c’est une fuite à l’arrivée d’eau froide de la douche. Un tout petit filet, mais bien sur, ça fait tache (c’est le cas de le dire, c’est la couleur du carrelage qui signale l’écoulement, au demeurant assez faible, ce qui explique qu’il est passé inaperçu à la dernière inspection.

Démontage, remontage, et la fuite persiste. Je me rends compte que le joint en cause est celui du prolongement que, à cause de l’épaisseur du plafonnage, j’ai du placer entre la sortie d’eau dans le mur et le mélangeur.

C’est une pièce en laiton et j’ai tenté d’utiliser du téflon pour les raccords. Ça pourrait marcher, ça ne marche pas, donc je refais les joint a la filasse, et je sue de nouveau pour aligner les deux robinets sur le mélangeur.

Encore une bon heure de travail, mais finalement je croise les doigtsJ, ça tient toujours.

Reste le plus gros problème : le lavabo.

Nous avons déniché un vieux meuble de toilette à table de marbre chez troc. Nous avons trouvé une vasque carrée à poser dessus, et à raccorder à l’arrivée et à l’évacuation en traversant la plaque de marbre. Le week-end dernier j’ai percé les trous nécessaires, mais je me suis rendu compte que la bonde standard livrée avec le lavabo est trop courte pour traverser la plaque de marbre, et les tubes souples destinés aux arrivées sont eux aussi trop courts.

Dans la semaine, je me suis donc procuré deux allonges pour mes tubes souples, mais pas moyen d’en trouver de 60 cm. 50 cm c’est le maximum que j’ai trouvé. Et c’est trop juste. Et en plus le robinet est d’une telle forme que les tubes souples ordinaires ne peuvent pas être visés et serrés à la clé. Heureusement que j’ai en stock un robinet plus traditionnel, qui fera l’affaire, au moins dans un premier temps.

Consternation, une fois le montage terminé, je me rends compte que tout coule. Il me faut un bon moment d’observation et une nuit de réflexion pour me rendre compte que la fuite vient de la façon dont j’ai raccordé la bonde sur l’évacuation. En effet, comme j’ai posé la vasque sur une plaque supplémentaire, j’ai oublié de prévoir un joint ad hoc entre ces deux pièces. Conclusion : démontage, remontage, avec la difficulté supplémentaire que j’avais scellé la vasque sur la plaque de marbre avec une joint silicone que je dois d’abord nettoyer pour le remplacer. Ce soir, j’ai tout remonté, mais j’attends demain que le silicone soit sec pour pouvoir tester et me rendre compte si j’ai réellement réussi à chasser la fuite !

Encore une nuit de patience, alors que je suis sur des charbons ardents.

Enfin, au milieu de toutes ces contrariétés, j’ai la plaisir de pouvoir remercier M. Mirgaut de son intervention. Mon compteur est raccordé, l’électricité de la maison, alimenté en 380 + N 25 A, devrait me fournir un courant assez stable malgré la distance : 170 m entre le compteur et le tableau de distribution, ça pourrait provoquer une basse de tension, du moins si je n’étais pas alimenté en triphasé.

Et finalement, ce lundi soir, nous décidons de monter occuper la maison. C’est plus large que la caravane, même si le confort est encore assez spartiate.

alerte au feu (re-)

samedi, octobre 23rd, 2010

Voici revenue la grande peur de l’an deux mille

Les maisons passives sont un piège mortel pour nos braves soldats du feu.

On  aurait pu espérer d’un représentant du peuple, qui serait selon mes idéaux une personne sensée, capable de réflexion et d’un niveau intellectuel supérieur à la moyenne, qu’il ne donne pas dans le panneau émotionnel de la peur du feu… et qu’il ne détourne pas des photos à des fins de propagande ;-).

voyez mon lien sur fb Michel Choppin encore un qui parle avant de reflechir?!?
sans doute ne sait-il pas que la problématique a déja été soulevée, et que l’enquête en cours implique, a juste titre, les corps de pompiers.

On pourrait croire, a la lecture du billet de Vincent de Wolf, que l’incendie dont l’image est reproduite en médaillon de son article, concernerait une maison passive ? je demande à voir.

Il n’y a pas  – encore – de statistique sur les incendies de maisons passives. A croire soit qu’elles ne brulent jamais – hasard ou efficacité ?- soit plutôt qu’en cas d’incendie, les pompiers n’y ont vu que du feu (ho pardon) n’ont pas fait la différence…

En attendant, ma maison passive progresse

Je continue à placer les blochets de mon réseau électrique pendant que Christine badigeonne les murs d’une lavasse jaune – knauf – servant d’imprégnation des blocs de béton cellulaire pour les rendre moins avides d’eau, donc plus faciles à plâtrer / plafonner (‘selon votre langue régionale)

Entre temps il m’est venu une angoisse – une peur irraisonnée dont la croissance ne dépend pas de facteurs rationnels- à propos de la longueur des fils que je laisse dans les blochets fixés au plâtre ? et si je me trompais, si j’avais réservé des fils trop courts ?  Rationnellement je sais qu’il n’en est rien et que même si c’était le cas, les wagos me permettraient de corriger les problèmes éventuels. Mais voilà, c’est le sort du constructeur autonome de se poser des questions insolubles, que les professionnels résolvent par l’expérience. ? L’expérience, je ne l’ai pas, je l’acquiers pas à pas. La prochaine maison que je construirai sera parfaite  !

Nous en sommes donc arrivés à avoir un étage prêt à plafonner. Le rez de jardin va suivre, pour la fin du weekend je l’espère. Le platre nous attend,  et j’ai aussi préparé un espace libre pour réceptionner le bardage de mélèze qui vient de terminer son grand voyage depuis les forêts alpines. Il doit être livré mardi.

D’ici là j’aurai mis en place les robinets des différents points d’eau dans la maison, et pu tester l’étanchéité des raccords PER que j’ai placé la semaine dernière.

et entre temps j’ai encore reçu quelques camions de remblai destiné à couvrir à l’est les tuyaux et les cuves encore au dessus du sol.

Et pendant que j’avance dans la réalisations, d’autres en sont aux préliminaires

Vinciane et Douglas ont choisi leur constructeur

Stéphane et Céline se posent la question : maison passive ou pas ?

à suivre donc…/…